19-06-2019

Chef d’orchestre et manager, un même leadership ?

Musique

Voilà une thématique souvent évoquée dans les ouvrages de management. Aussi, nous  vous proposons tout naturellement d’aborder ce sujet car le 2m2c, point de rencontre entre l’univers de la musique et de l’entreprise est un lieu propice à ces croisements.  Crée il y a plus de 45 ans pour accueillir des évènements professionnels afin de prolonger la haute saison touristique, le 2m2c a depuis enrichi ses prestations d’accueil et de services en se tournant vers la culture et tout naturellement vers la musique. Ainsi le monde de l’entreprise et de la musique se côtoient au quotidien au sein de cette structure unique, l’occasion pour nous de nous interroger sur les liens étroits existants entre un chef d’entreprise et un chef d’orchestre.

Le manager se voit souvent identifié au chef d’orchestre. Ils exercent l’un comme l’autre l’art de gérer les Hommes. En termes de communication et de conduite d’équipes, leurs objectifs présentent de nombreuses correspondances, fréquemment reprises dans les ouvrages de management.
En premier lieu, force est de constater que la fonction de chef d’orchestre et de chef d’entreprise (ou manager) est une fonction d’encadrement impliquant leadership et charisme. Ils doivent tous deux être à la fois les guides et les donneurs d’ordres. Ils sont les garants de la réalisation du projet et de la satisfaction, voire le dépassement des attentes des clients ou des spectateurs. Pour cela, tous deux doivent donner à leurs équipes les moyens de mettre en œuvre et développer leurs compétences pour atteindre leur meilleur niveau par l’écoute, les conseils, le mentorat mais également par le rythme.  En effet, le parallèle entre musique et management permet de mettre en lumière l’importance du rythme dont toute organisation a besoin pour se mettre en mouvement et respirer. Ce dernier permet la mise en œuvre des missions ou des partitions tout en favorisant la coordination et la cohésion d’équipe.

Aussi, on retrouve dans les deux cas les notions d’exigence et de rigueur nécessaires à l’atteinte des objectifs de ces deux leaders d’Hommes, tout comme leur capacité à communiquer l’enthousiasme et l’adhésion au projet collectif. De même, le manager tout comme le chef d’orchestre ne sont peut-être pas les meilleurs techniciens ou les meilleurs musiciens, mais ils sont les meilleurs référents par leur expérience et expertise généraliste. Ces compétences managériales permettent d’instaurer un climat de confiance, propice au développement des compétences, de la cohésion d’équipe et de la performance collective.

Pourtant, en dépit de tous ces indéniables points communs, certains émettent des réserves sur leurs similitudes, mettant en avant le fait que la mission du chef d’orchestre est moins large. Par exemple, il n’a en principe pas la charge du recrutement de ses musiciens. Sa mission est souvent reproductive et programmée par la partition alors qu’il incombe au chef d’entreprise de sans cesse créer, innover et décider dans des contextes fluctuants.
Aussi, même si cette approche comparée est intéressante, il faut garder à l’esprit qu’il s’agit bien de deux professions distinctes. Ce type d’exercice est néanmoins enrichissant et permet d’avoir un regard différent et complémentaire sur la gestion d’équipe. Il en est de même sur les analogies entre management et commandement militaire. Elles permettent d’appréhender le management sous un autre angle et d’en identifier les principaux ressorts et valeurs : vision, engagement, facilitation, écoute, fédération et mobilisation des acteurs.
Ainsi, aborder des formations sur le management par une approche comparée avec la musique permet de faciliter la compréhension et l’assimilation des notions grâce aux associations avec un modèle d’organisation simple et connu de chacun de nous. Un peu comme lorsqu’on apprend une langue avec des images.

De nombreux auteurs célèbres ont d’ailleurs utilisé cette métaphore dans leurs ouvrages, comme Chester Barnard dans son ouvrage « the Function of Executive - Harvard University » (1938) ou Peter Drucker dans « The Effective Executive – Harper and Row » (1967). Elle est également, lorsqu’il s’agit de décrire le métier de manager, fréquemment reprise dans les revues et magazines spécialisés.
 
En outre, on peut observer la réalisation de passerelles professionnelles entre ses deux métiers illustrés notamment par le parcours de deux hommes.
- Michel Podalak, Chef d’orchestre devenu consultant en management
- Guy Perier, Manager puis Chef d’orchestre et consultant

Chef d’orchestre et chef de chœur, Michel Podolak a été formé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, à la Sorbonne, ainsi qu’aux Etats-Unis et divers pays d’Europe. Monsieur Podolak s’est produit dans de nombreux orchestres tels que l’Orchestre Pasdeloup, l’Orchestre de Bohême ou l’Orchestre national d’Ile de France. Après avoir parcouru de nombreux pays et avoir voué sa vie à la musique, sa rencontre avec Jean- Marie Becq, consultant en développement personnel et mélomane passionné, marquera un tournant dans son parcours professionnel. Désormais convaincu par les liens existants entre musique et entreprise, il animera de nombreuses conférences, réunions et activités de Team building pour les entreprises lui permettant à la fois d’exposer sa réflexion sur ces deux mondes et de partager sa passion pour la musique.
A l’inverse, Guy Perier avant de devenir chef d’orchestre et consultant en management, était directeur du marketing, puis responsable des ressources humaines chez l’Oréal. Il propose des ateliers de team building qui illustrent la construction d’un leadership en s’appuyant sur des exercices dans le domaine musical.  Selon lui, ce qui est intéressant, c’est la mise en place d’une intelligence collective et non l’exercice d’une autorité absolue.

Ainsi, après étude du sujet, nous avons pu réaliser qu’il existe néanmoins une différence entre le manager et le chef d’orchestre. Dans la société actuelle, le manager ne doit plus avoir une autorité absolue sur ses employés. Il doit écouter ses employés et agir en fonction de son environnement. En effet, les enjeux sont bien trop grands pour se tromper. A contrario, le chef d’orchestre quant à lui imposera toujours son autorité. C’est lui qui décidera s’il y aura des changements ou non lors du concert. Les musiciens n’ont ainsi aucun pouvoir et n’ont pas d’avis à donner sur une prestation.
Pour vous en rendre compte ou vous faire votre propre opinion, nous vous donnons rendez-vous à l’Auditorium Stravinski du 2m2c lors du 74ème Septembre Musical où les plus grands chefs d’orchestre russes dévoilant leur talent et leur passion.

 Alexis Blanpain - 2m2c - 19.06.2019