13-07-2019

53 MONTREUX JAZZ FESTIVAL

Musique

Best Of the 53rd Montreux Jazz Festival | Montreux Jazz Festival 2019

 «Époustouflé», «ému aux larmes», «tellement fier», «comme dans un rêve»: si vous aviez croisé un membre de l’équipe du Festival ce 29 juin 2019, vous auriez certainement entendu l’une de ses réactions. Car le concert d’Elton John au Stade de la Saussaz n’a pas seulement été historique par son caractère inédit, mais par la qualité artistique d’un show magistral, durant lequel il a dédié une chanson à Quincy Jones. Après son concert, Elton John a demandé un souvenir du Festival pour l’afficher dans son salon. Tout un symbole : les lettres Elton John sont restées «gravées» sur la pelouse du stade.

L’engouement populaire autour de ce concert – des centaines de personnes ont assisté au concert depuis les balcons, jardins et vignes alentours – a donné le ton à une édition solaire, dont les instants rares et spontanés ont marqué les esprits sur toutes les scènes.

RENCONTRES SPONTANÉES

Une fois n’est pas coutume, commençons par la plus petite scène du Festival. Au sein de la House of Jazz, les jam sessions de La Coupole ont réservé des moments de pure magie, entre 23h et 5h du matin. À l’ère des tournées parfaitement calibrées, le Festival s’affirme plus que jamais comme un lieu où la spontanéité et l’improvisation sont encouragées et mises en valeur. On y a vu Janelle Monáe chanter debout sur les tables, puis reprendre «Juice» avec Lizzo et Jon Batiste, on y a vu Rag’n’Bone Man chanter «Gimme Shelter» des Rolling Stones, on y a vu Chilly Gonzales dompter synthétiseur et piano en même temps, on y a vu Bon Iver, Jacob Collier, Shania Twain, Kamaal Williams, Lolo Zouai et les jeunes musiciens de la Montreux Jazz Academy.

Ces moments rares illustrent une fois de plus la relation privilégiée que le Festival entretient avec ses artistes, qui découvrent à Montreux une bulle hors du temps, loin du rythme souvent effréné de leurs tournées. Ici, les musiciens s’y retrouvent, prennent le temps d’apprécier leur séjour et d’honorer les légendes qui les ont précédés. Après une telle expérience, ils deviennent bien souvent les meilleurs ambassadeurs du Festival.

À l’Auditorium Stravinski, on a vu Lizzo conter les histoires légendaires d’Aretha Franklin à Montreux; Janelle Monáe prendre un bain de foule électrique; Janet Jackson se remémorer ses souvenirs d’enfance avec Quincy Jones; Bon Iver transformer le public du Strav en chœur gospel; Rag’n’Bone Man offrir à Montreux deux titres jamais joués en live; ZZ Top rendre hommage à Claude Nobs à travers une vidéo touchante ; Joan Baez et Anita Baker dire au revoir à un Festival qu’elles connaissent bien.

Au Montreux Jazz Lab, les sœurs d’Ibeyi ont dédié leur show à leur père; les nouvelles sensations hip-hop Koba LaD ou Scarlxrd ont fait sauter, bouger, scander les foules comme rarement à Montreux; Loyle Carner, Tom Misch et FKJ ont mis leur groove en commun sur plusieurs chansons; Rita Ora a partagé son amour pour le Festival et affiché sa maîtrise classieuse de la pop music.

Au Montreux Jazz Club, l’excellent taux de fréquentation récompense le pari pris l’année passée d’accentuer la visibilité des musiques jazz au Festival. Dans une salle saluée à plusieurs reprises pour son confort et sa qualité sonore, Christian Scott aTunde Adjuah s’est démarqué par ses discours engagés et son rôle de mentor et directeur musical de la Montreux Jazz Academy, Seun Kuti a fait danser le public lors d’un final grandiose, la jeune chanteuse Rahh a couru sur scène pour rejoindre Bobby McFerrin, Chick Corea a enchaîné les rappels, Joe Jackson a offert un concert électrisant et Chilly Gonzales et Melody Gardot se sont sentis comme chez eux devant un public ultra-réactif.

SUCCÈS DU PROGRAMME GRATUIT

Inaugurées cette année, les scènes de la Terrasse ibis MUSIC et du Liszto Club ont connu un engouement indéniable. Populaire, festive et pleine à craquer, la Terrasse ibis MUSIC a accueilli concerts et DJ sets dans une ambiance folle, allant jusqu’à faire sauter certains artistes dans le lac !

Au Liszto Club, un public majoritairement jeune s’est frotté en masse à tous les types de musique, s’extasiant aussi bien pour le jazz urbain de Kamaal Williams que pour le hip-hop frénétique de J.I.D et le set dantesque de Vladimir Cauchemar. Le Balcon du Liszto Club et sa programmation de DJs suisses a également connu un succès fulgurant.

Rassembleurs et toujours très fréquentés, les concerts du Music in the Park ont offert de véritables fulgurances musicales, bénéficiant d’une météo exceptionnelle.

QUELQUES CHIFFRES

La puissance de la programmation fut ressentie au fur et à mesure des jours, tant au niveau de la cohérence artistique que des chiffres de billetterie. Alors qu’il y avait du chemin à parcourir à l’approche du Festival, la vente de billets pendant la manifestation a attient 15% du total des ventes, résultat fortement supérieur aux années précédentes.

Si les objectifs budgétaires de la billetterie pourraient ne pas être totalement remplis à la fin du Festival, la bonne performance du F&B due à une bonne météo et aux choix gagnants sur l’offre des salles gratuites devrait permettre au Festival d’atteindre l’équilibre à la fin de l’exercice 2019.

MERCI, PIERRE

L’édition 2019 a été marquée par le décès d’un membre de la famille du Festival. Initiateur des affiches « cartes blanches » du Festival depuis 1982, membre très actif et hautement apprécié du Conseil de Fondation depuis 1995, Pierre Keller n’a pas seulement révolutionné l’image du Montreux Jazz Festival. Il en a fait une œuvre d’art. Le Conseil de Fondation et toute l’équipe du Montreux Jazz Festival lui ont rendu hommage pendant l’événement par le rappel des œuvres qu’il a fait naître. Au revoir et merci Pierre.

 

Texte repris de la newsletter du Montreux Jazz Festival