25-07-2016

Retour vers le Futur

Best Of Montreux Jazz Festival 2016

50 ANS, L'ÉQUILIBRE

Par sa programmation fine et ses nombreux projets spéciaux, ce jubilé a conté non seulement son actualité mais son histoire musicale, technologique et sociologique, celle du lieu-dit Montreux, obsédé par la réalisation d’un rêve fondateur: faire venir les artistes du monde entier dans un mouchoir de poche, boîte à musique au bord du Léman. Aujourd’hui, le Festival est fort de cet héritage et poursuit ses mutations. Tout au long de ce rite de passage quinquagénaire, le Montreux Jazz Festival apparaît bien armé pour continuer à assurer l’avenir, avec cette voilure originale de toujours: un format inédit, une destinée rocambolesque, des ambitions artistiques qui font de lui un évènement solidement ancré dans le business des festivals de musique, démarqué acoustiquement, capable de se renouveler, et attentif à l’accueil des artistes et du public.

Cette année, l’été aura brillé pendant les trois quarts de la manifestation, enregistrant une fréquentation estimée à environ 240’000 festivaliers, malgré 5 jours de pluies parfois diluviennes. Dans des salles très fortement fréquentées, 95’000 billets ont été vendus sur 16 jours + une soirée d’ouverture au Casino.

ENVOLÉES ARTISTIQUES

Quand ce n’était pas au sur scène, l’esprit créatif du jazz irradiait un peu partout dans les propositions artistiques qui ont eu lieu à Montreux cette année. A commencer par le la somptueux de cette édition donné par Charles Lloyd et Monty Alexander au Casino Barrière de Montreux. Dans les backstages ou sur scène, depuis le premier jour, on remarquait des habitués du Festival en verve et généreux: Buddy Guy, ZZ Top, Van Morrison, Simply Red etSantana. Deux icônes d’univers tout à fait différentes venaient pour la seconde fois: Neil Younga bercé son audience pendant un concert cavalier de trois heures, rassemblant avec émotion toutes les générations dans une salle bondée. Muse a proposé de nombreux morceaux non joués depuis 10 ans, finissant dans une cavalcade carnavalesque bien sentie pour honorer l’anniversaire. D’autres dépeignaient un monde en déliquescence, proposant du même coup une catharsis éphémère: Anohni aussi surprenante qu’exigeante, une Patti Smith consolatrice, s’adressant à une salle comble, la soulevant par quelques hommages à tous les disparus dont on ne sait rien. PJ Harvey dans un concert-narration saisissant maîtrisé de bout en bout. Sigur Rós a déployé ses nappes atmosphériques avec talent et Angélique Kidjo et ses invitées ont célébré un continent et le genre féminin, le temps d’une création spécialement conçue pour l’occasion. Lana Del Rey aura susurré quelques notes a cappella de sa chanson “Salvatore” pour la toute première fois, à la demande de ses fans.

Au Montreux Jazz Club, la jeunesse sémillante du jazz a particulièrement résonné avec Alfredo Rodriguez, Christian Scott et Cécile McLorin Salvant, sans voler la vedette aux anciens compagnons de Miles Davis, tout simplement bouleversants: Darryl Jones, Bill Evans, Dennis Chambers et Dean Brown. Mêmes affinités hallucinantes offertes par le duo Barron – Hollandou d’autres amitiés exprimées autour d’Ernest Ranglin.

Au Montreux Jazz Lab, avec une qualité de son toute aussi impeccable, Flume, Moderat,Beirut, Feu! Chatterton, M83 et un Mac Demarco espiègle comme pas possible, ont enflammé le public. De même que les découvertes Max Cooper, Jeanne Added, Mura Masa, Ry X, Vald,Son Lux ou Rag’n’Bone Man.

LES NOUVEAUTÉS: POOL PARTIES & STROBE KLUB

Le retour au Casino Barrière a constitué l’une des idées phares de ce 50e. Les Pool Parties y ont fait revivre sa célèbre piscine, bondée tous les samedis où l’on se trémoussait sur des dj sets en maillot de bain, comme au bon vieux temps…

Le Strobe Klub, nouvel antre des nuits électroniques, a connu un succès sans précédent avec des sets particulièrement convaincants de Nina Kraviz, Rødhåd ou The Black Madonna ainsi que les live de Several Definitions et Maceo Plex.

Les changements architecturaux opérés à Music in the Park se sont avérés convaincants, bien que la nouvelle infrastructure nécessite encore de trouver une meilleure disposition pour l’ombrage, auparavant assuré par les arbres centenaires qui, malades et dangereux pour le public, avaient dû être abattus à quelques jours du début du Festival.

Les aftershows de la Rock Cave agrandie, alternative aux musiques électroniques, ont réussi à rencontrer leur public au fil des jours. Le Festival travaillera plus loin en 2017 pour proposer un nouveau lieu qui répondra pleinement aux attentes d’autres publics. En totalité sur ces deux scènes, 109 artistes ont évolué respectivement sur 75 concerts à Music in the Park et 46 à la Rock Cave (DJs inclus).

Côté projets pédagogiques, les workshops, les créations et les concours ont connu des affluences record: les lauréats des concours sont respectivement l’américain Esteban Castro, âgé de seulement 13 ans, pour la Parmigiani Montreux Jazz Piano Solo Competition, le finlandais Olli Hirvonen pour la Socar Montreux Jazz Electric Guitar Competition et la lituanienne Arta Jekabsone pour la Shure Montreux Jazz Voice Competition. Le Prix du Public UBS a été remporté par le zurichois Philipp Saner, aka Silent Neighbor. Tous ces lauréats participeront à la 3e Montreux Jazz Academy du 18 au 26 novembre 2016.

 

A l'année prochaine! Montreux Jazz Festival 30 juin - 15 juillet 2017